La perception des Français sur la santé mentale
Plus de 7 Français sur 10 s’estiment mal informés sur les questions de santé mentale. Voici un des résultats du baromètre FONDATION FALRET / IPSOS / Vivre FM réalisé en mars 2016 présenté lors d’une table ronde organisée le 15 mars à Paris.

Ce baromètre permet d’évaluer quelles sont aujourd’hui les perceptions des Français sur la santé mentale, leur degré d’information et de connaissance, alors que plus d’1 Français sur 5 est aujourd’hui concerné au cours de sa vie par un problème de santé mentale.

Nous pouvons ainsi constater que près d’1 Français sur 5 n’est pas en mesure d’identifier correctement ce que représentent les problèmes de santé mentale. Nous retrouvons ces difficultés au moment de reconnaître les problèmes de santé mentale, puisque 83% des Français estiment qu’il est difficile d’en repérer les premiers signes.

L’isolement et la précarité en conséquences de la maladie

Les perceptions sur les personnes souffrant de problèmes de santé mentale ont-elles aussi été au cœur de cette étude, afin d’évaluer les représentations qu’ont les Français sur un public bien trop souvent stigmatisé, victime de préjugés et par conséquent exclu de la société.
Cet isolement, les Français en sont conscients, avec 80% de personnes qui estiment que les personnes en souffrance se retrouvent plus fréquemment isolés de la société que les autres.
Une souffrance et un isolement qui peuvent occasionner une perte d’autonomie (pour 76%), voir une situation de précarité (75%).

Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale jugées plus dangereuses pour elles-mêmes que pour les autres

Pour certaines personnes, les problèmes de santé mentale sont aussi souvent associés à la dangerosité. Pourtant, l’étude menée révèle que les Français considèrent que les personnes en souffrance constituent d’avantage un danger pour elles-mêmes (87%) que pour les autres (61%). Un résultat encourageant au moment ou l’inclusion de ces personnes dans la société et la lutte contre la stigmatisation dont elles sont victimes demeurent pour la FONDATION FALRET de véritables priorités.

A travers l’ensemble des résultats de ce baromètre, nous pouvons constater que l’information et la sensibilisation autour des questions de santé mentale demeurent prioritaires, et ce, malgré le fait que les Français prennent de plus en pus conscience qu’au cours de leur vie, ils pourront eux aussi être touchés par une maladie mentale.

La FONDATION FALRET reviendra prochainement sur ce baromètre et proposera ses recommandations pour contribuer au mieux à lutter contre la stigmatisation des personnes souffrant de problèmes de santé mentale.
Voir l’enquête en 2017 sur la santé mentale dans le sphère professionnelle

 


Laisser un commentaire

RSS
Facebook
Facebook
YouTube
LinkedIn